Ostéopathe bébé - Ostéopathe à Paris 9è

Comme tout le monde, les bébés peuvent avoir des blocages qui les gênent. Il s'agit plus spécifiquement de torticolis, de troubles du sommeil, de pleurs incompris ou de colique du nourrisson.

Une tension physique peut empêcher votre bébé de trouver une position confortable pour dormir et le rend irritable au coucher. Une tension viscérale peut aussi rendre la digestion douloureuse ou provoquer des coliques chez votre nourrisson.

Ces gênes se manifestent en général par des pleurs, et il faut un vrai travail d'équipe, entre le médecin et l'ostéopathe pour dissocier ce qui vient de l'alimentation, ce qui nécessite des examens complémentaires et ce qui vient de simples dysfonctions qui se traitent alors aisément.

Dans tous les cas, un bilan en ostéopathie permettra de s'assurer que votre enfant ne présente pas de tension qui le gêne en ce moment et tout au long de sa croissance.

Il est judicieux d'emmener votre enfant voir un ostéopathe dans le premier mois de vie, lors de l'acquisition de sa position assise et à ses premiers pas, ainsi qu'après un choc ou une chute violente, surtout si vous notez une modification dans ses habitudes ou son caractère à ces moments clés de sa vie.

Voici deux situations que j 'accompagne couramment. Ce sont deux exemples, mais bien d'autres spécificités de l'enfance comme les otites à répétition ou l'orthodontie gagnent à être traités ou accompagnés en ostéopathie.

Torticolis et plagiocéphalies des bébés

On parle parfois chez les petits bébés de plagiocéphalie ou de torticolis congénital.

Ce sont deux choses distinctes, bien que parfois présentes ensemble chez certains bébés :

l'un concerne la forme du crâne, l'autre concerne la capacité à tourner la tête des deux côtés.

La plagiocéphalie peut être liée à un ensemble de facteurs d'ordre médicaux, mais le plus souvent à cause d'une position préférentielle de l'enfant, acquise in utero, au moment de la naissance ou lors des premières nuits. Cette position est auto-entretenue par la forme du crâne mais aussi par l'organisation de l'ensemble du corps du bébé. Il devient alors nécessaire de lever les blocages de compensation qui se sont installés en ostéopathie, mais aussi de suivre les conseils que votre ostéopathe sera amené à vous donner pour que votre bébé perde l'habitude de sa position préférentielle.

Vous trouverez de précieux conseils ici :

http://www.seropp.org/v4/page.php?url=conseils_parents&ss_url=conseils_parents&ss_id=7

Croissance et développement de soi

Durant toute sa croissance, un enfant pousse, en fonction de ses contraintes externes, mais aussi de ses contraintes internes.

Juste un exemple : un enfant introverti, sera physiquement replié sur lui-même. Ses épaules seront voûtées, le haut de son dos penché en avant. Cette posture, reflet de sa manière d'être est souvent accompagnée de tensions dans le thorax qui le fixent aussi dans cette position préférentielle. Lui permettre de se redresser dans son corps c'est aussi lui permettre de se redresser tout court, ou du moins lui accorder la liberté de le faire.

Contact

Consultez également :